Heroes & Generals

Ca y est ! Après une cinquantaines d’heures de jeu je viens d’atteindre le pinacle des ambitions que les développeur de ce jeu avaient a mon égare. Oui, car c’est une free-to-play, ne m’étant pas substitué au grind à coup de carte de crédit je dois quand même servir a mon tour les intérêts du modèle free-to-play, savant mélange d’amusement et de frustration, juste ce qu’il faut pour que l’on se dise « j’aime ce jeu, alors pourquoi ne pas dépenser 15 euros, qu’est ce que c’est 15 euros après tout … » . Celui-ci commence à 6,50€, avouer que ce n’est pas grand-chose, a peine plus qu’un panini s’accorderait a penser un de mes amis. Enfin, revenons a nos moutons ou plutôt au grand dessin des développeur. Alors vous disais-je, je possède maintenant l’arme qui est le plus belle outil de ce modèle celui qui va entretenir la frustration du joueur, pas moi évidement, l’autre, celui sur le quel je vais tirer !

Voyez-vous la mécanique particulière de ce FPS ce déroulant durant la deuxième guerre mondial peut être résumer par ces deux cas de figure ; soit vous rencontrez un adversaire à très courte de distance et votre pisolet-mitrailleur fera l’affaire, soit vous vous en mangez une de la par d’un tireur qui possède une arme qui peut vous tuer d’une balle jusqu’à plus de 200m.

Je suis maintenant en mesure d’assurer la frustration du joueur d’en face, car je vais pouvoir le tuer d’une balle, la plus par du temps, ce qui fait de moi un agent du modèle économique du jeu. Je n’ai fait qu’une partie avec cette arme et croyez-moi, je suis un assez bon pourvoyeur de frustration.

227940_2015-09-27_00001

Combien de fois moi même me suis-je surpris a penser « je pourrai mettre une peu d’argent dans le jeu pour raccourcire ma progression et finir par moi aussi One Shot les gens » ?

Combien de personne ai-je alors pousser à bout au point qu’elles eussent succombés à la facilité du coup de Paypal directement dans le porte-monnaie Steam ?

La prochaine étape ? Mettre une lunette sur mon cher kar98 affectueusement nommé « Play It Again Sam » dirait pas en hommage au film du même nom, mais c’est juste que j’aime bien le nom. C’est un peu railleur pour celui qui voit le nom de l’arme qui l’a tuer, surtout si il n’aime pas Woody Allen…

On y échappe pas, qu’on dépense ou non de l’argent dans une free-to-play notre présence profite toujours au jeu. Selon la célèbre devise américaine « Quand c’est gratuit, c’est que c’est vous le produit ».

Bien sûr ce n’est là qu’une manière d’évacuer sa propre frustration, la décharger si on veut sur un autre joueur, mais je suis encore au bas de l’échelle des agents au service du jeu. Je suis encore dans l’infanterie, il reste les chars, les avions.

L’aventure continue…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s